<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 19, 2017 | Issue #40


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #39

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Le Délégué Zéro La Hormiga : « tous les gens humbles et simples doivent abandonner le PRI »


Par Concepción Villafuerte
Au Chiapas

5 janvier 2006

Le sous-commandant Marcos a demandé aux gens “humbles et simples” d’abandonner le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI), “qui s’est construit sur le sang, l’humiliation et la mort des indigènes mexicains”.

Au quatrième jour de l’Autre Campagne, le délégué zéro s’est réuni avec quelque. Le soir, il a informé que ce jeudi après-midi il serait Chiapa de Corzo vers midi, et Tuxtla Gutiérrez vers quatre heures de l’après-midi.

L -bas, Marcos a signalé que « le PRI est composé exclusivement par des enfoirés (cabrones), assassins et menteurs, allant de Roberto Madrazo celui qui est aux bases d’organisation des gens »

Il a accusé les caciques priístas de San Juan de Chamula des expulsions pour des raisons religieuses qui se sont produites les derniers 30 ans (avec quelque 40mille personnes déplacées dans la zone des Hauts de Chiapas). Quelques heures avant du petit meeting du quartier de La Hormiga (la fourmi), certains groupes indigènes opposés aux zapatistes ont distribué des tracts contre l’arrivée de l’Autre Campagne.

« Ce que nous devons faire est dire tous nos camarades qui sont des gens humbles et simples, est de sortir de ce parti politique, parce qu’ils sont en train de se tacher les mains avec du sang et ils enrichissent les autres », a dit Marcos.

Pascual López Gómez, président d’un conseil de voisinage, a fait une demande écrite au sous commandant Marcos pour l’inviter “réfléchir sur le danger de confrontation parmi les habitants, habitués vivre en paix, et sur les conséquences et les craintes qui entraîne l’organisation d’un événement »

Mais Marcos lui a répondu que les zapatiste ne sont pas ceux qui cherchent la confrontation ou le “choc entre les frères d’en bas, non, ce n’est pas nous, c’est le PRI celui qui les faire souffrir, celui qui les a expulsé de leurs communautés ».

« Des gouvernements du PRI vont et viennent, et les indigènes sont toujours objet de mépris ici. Ici La Hormiga(la fourmi), où le PRI veut se mêler pour vous diviser, je viens vous dire, il faut envoyer péter ce parti politique, dites-leur de sortir d’ici”

Pendant l’après-midi, Marcos est allé un festival de promotion de la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandon qui eût lieu sur la place Cathédrale, quelque mille personnes étaient présentes. Son discours a insisté sur l’impossibilité d’attendre du gouvernement le changement social, « nous devons le faire nous-mêmes ici-bas, où est née une pensée vers la transformation de la société, cette pensée qui se trouve en bas et gauche. C’est pour ça que nous, les zapatistes, avons choisi le numéro ou le nom de zéro, être un zéro gauche ne vaut pas pour le monde d’en haut, ça ne vaut rien ; c’est pourquoi nous avons mis un sous-délégué pour être un zéro en bas et gauche »

Le tour par le Chiapas continue

Le 5 Janvier, le délégué zéro sera Chiapa de Corzo où aura lieu une réunion pour l’informer de la situation du secteur, il y a tellement de problèmes dans tous les villages et le temps presse si l’on veut les connaître exhaustivement. L dans le Chiapas des Indiens, nom originel de l’endroit, il y a le Canyon du Sumidero qui fût donné des entreprises touristiques privées qui ont construit un centre « eco touristique » qui coûte 50 dollars rien que pour y entrer. L -bas aussi, il y a l’usine de mouches (appelées mouches mampas par les gens du Chiapas). On fabrique, avec technologie gringa, des mouches stériles qui sont disséminées autour de tout l’état du Chiapas pour combattre la mouche de la Méditerranée, une plaie qui causerait des dégâts incalculables si jamais elle arrivait aux Etats-Unis. Il est donc plus facile pour eux de maintenir cette usine polluante dont les déchets polluent le fleuve Grijalva et ignorer le danger que la contamination radioactive représente pour les travailleurs qui y sont exposés en continu.

Par ailleurs, on y construit un nouvel aéroport international qui coûtera des millions de dollars dont ne jouit aucun des habitants de la zone. Les constructeurs préfèrent la main d’œuvre la moins chère. Il y a beaucoup de choses dire sur Chiapa de Corzo, le Sup les sait déj , mais il confirme cette information. Ensuite il ira la capitale du Chiapas, Tuxtla Gutiérrez. Ce seront les enseignants de la septième section du Syndicat National de Travailleurs de l’Education, pour Être reçu pour l’un de ses secteurs, ou plutôt une sorte de « secte d’enseignants », car même s’il sont « très démocratiques », il y a certains qui sont « plus démocratiques que d’autres » et le EZLN a l’habitude de les visiter en secret. Mais cette fois, s’ils décident de participer, ils devront le faire ouvertement.

Jeudi soir, Marcos dormira Tuxtla et le vendredi 6 janvier, il arrivera Tonalá, l’un des 41 municipalités touchées par le cyclone Stan. On ne connaît précisément le niveau de la catastrophe, mais il semble être moindre Tonalá que dans les villes frontalières au Guatemala. Ensuite le sous-délégué Zéro ira Huixtla. Le lendemain il entrera Comitán, puis il arrivera Moisés Gandhi, tête de l’une des municipalités autonomes, la « 17 Novembre ». On y fera la fête sans doute, car la délégation de Yucatán l’attendra pour l’amener la péninsule, où d’autres camarades de « l’Autre Journalisme » couvriront la route.

Avec cet article, je dis au revoir la tournée du Chiapas. A son arrivée Yucatán, la Brigade Avendaño Figueroa changera de nom; ce sont nos camarades journalistes yucatecos qui prennent le relais et continueront informer. En vous remerciant pour votre attention, Concepción Villafuerte vous dit “ bientôt”.

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Lesen Sie diesen Artikel auf Deutsch
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America