<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 20, 2017 | Issue #40


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #39

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Adieu, Ramona

La “meilleure arme” du EZLN est décédée


Par Andrew Kennis
Correspondant Spécial pour The Narco News Bulletin

9 janvier 2006

Tonalá et San Cristóbal de las Casas, Chiapas, México: Après une décennie de lutte contre un cancer du rein, la dirigeante zapatiste, Commandante Ramona est décédée hier au petit matin. Au bord des larmes et avec la voix cassée, le Sous-Commandant Marcos a rendu publique le décès de Ramona, alors qu’il se trouve à mi-chemin de la partie Chiapas de « l’Autre Campagne », tournée nationale zapatiste de six mois.


Comandanta Ramona, 1959-2006
« Je veux vous demander respectueusement de ne pas m’interrompre avant que je finisse… On vient de me dire que la Commandante Ramone est décédée ce matin… Le monde a perdu l’un de ces femmes qui accouchent des nouveaux mondes. Le Mexique a perdu l’un des combattantes dont on a tant besoin. Et nous, on nous a arrachée une partie du cœur », a dit Marcos. L’auto-nommé Délégué Zéro a annoncé ensuite l’annulation des activités prévues pour les prochains jours, car la délégation de l’Autre Campagne partirait immédiatement en voyage vers Oventic pour assister aux funérailles, qui sont fermées au public.

L’annonce déchirante est arrivée vers Quatre heures de l’après-midi d’hier, juste après une pause abrupte d’une heure dans un meeting de plus de six heures dans le petit village côtier de Tonalá.

Défenseure des droits de Femmes et de leurs labeurs et artisanat, Ramona s’est levée hier très affaiblie, mais elle est toutefois partie d’Oventic vers San Cristóbal de las Casas. Elle est décédée pendant le voyage.

Sa dernière apparition publique eût lieu en septembre dernier, lors de l’assemblée de préparation de l’Autre Campagne, au fin fond de la Forêt Lacandone, cœur du territoire zapatiste.

Ramona est la première membre du Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène (CCRI), la direction du EZLN qui est décédée dans les douze ans de lutte. Sa lutte avec le cancer fût longue aussi, elle a subi une greffe du rein en 1996, après une importante campagne pour récolter les fonds. La plupart des sympathisants considèrent que la greffe lui a donné une décennie à vivre en plus. Comme conséquence de sa maladie, Ramona faisait peu d’apparitions publiques ; mais elle a toutefois laissé sa trace de nombreuses formes au sein de l’influent groupe rebelle indigène et au-delà, avec ses sympathisants.

En 1993 la commandante Ramona et la Majeur Ana María ont consulté exhaustivement les communautés indigènes zapatistes (alors clandestines) sur l’exploitation des femmes, et ensuite elles ont rédigé la Loi Révolutionnaire des Femmes. Le 8 mars de cette année la loi fût approuvée.

Ramona était une femme petite et d’une voix douce, avec des hautes responsabilités, telles le commandement militaire lors du soulèvement de 1994. En Février de cette année, après le cessez-le-feu déclaré par les zapatistes, Ramona était la première représentante zapatiste à parler lors des conversations de paix avec le gouvernement. Deux ans plus tard, quand les autorités mexicaines ont interdit les zapatistes de participer au Congrès National Indigène qui est tenu dans la ville Mexico, c’était la fragile et malade Ramona qui est allée les représenter. Le détour avait bien marché, car même si le gouvernement a accepté Ramona, elle est allée pour représenter aux zapatistes, et elle a pris la parole devant plus de cent mille sympathisants, dans le Zócalo de la ville de Mexico, lors de cette importante rencontre nationale d’indigènes. Le gouvernement mexicain, déconcerté par la popularité de cette femme pauvre et indigène, a fait plusieurs tentatives de miner son influence. En 1997 ils sont allés jusqu’à déclarer que la dirigeante rebelle était morte. Et quand elle a fait des apparitions publiques pour démontrer le contraire, les autorités mexicaines ont accusé les zapatistes de s’être servis d’un sosie.

La mort de Ramona est le reflet de la crise de la sécurité sociale qui frappe fortement les communautés indigènes et appauvries du Chiapas. Dans le sud-est mexicain, où habitent la plupart des indigènes du Chiapas, il n’y a pas d’hôpitaux. Le gouvernement fédéral a promis depuis des années la construction d’un hôpital à San Andrés Larráinzar (le même village où les accords de paix jamais respectés entre les zapatistes et le gouvernement mexicain en 1996). Néanmoins, la promesse de construire un hôpital ne s’est jamais concrétisée. Et le Chiapas continue à manquer cruellement de ressources sanitaires dans les régions les plus lointaines. Seulement à San Cristóbal, les femmes ont accès à des formations préventives qui pourraient sauver des femmes avec des dépistages de cancer. Mais cette ville est entre deux et douze heures de distance de la plupart des communautés indigènes…

Bref, au manque d’hôpitaux, les coûts de l’attention médicale sont souvent très restrictifs pour la plupart des pauvres et malades du Chiapas.

“Le visage des femmes du Chiapas”, photos, articles et témoignages sur le site de la Médiathèque de Noisy-le-Sec

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Lesen Sie diesen Artikel auf Deutsch
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America