<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 19, 2017 | Issue #40


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #39

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Vous n’êtes pas seuls…

…Voilà le message de l’Autre Campagne, en directe de Tuxtepec


Par Daniela Lima et RJ Maccani
Brigade “Ricardo Flores Magón” pour Narco News

7 février 2006

Tuxtepec, ville du nord-est d’Oaxaca, près de la frontière avec l’état de Veracruz, à cinq heures de voiture de la ville d’Oaxaca, connue par ses hautes températures et son abondante végétation, a reçu le Délégué Zéro et la Sixième Commission le soir du 4 février, dans les terrains du Comité de Défense Citoyenne (Codeci) ; organisme crée en 1996 par les indigènes chinantecos déplacés de leurs terres à cause de la construction d’une prison. Depuis lors, des mazatecos, des cuicatecos et d’autres peuples ont rejoint le comité pour se défendre contre les attaques brutales envers leurs terres et leurs cultures.


Marcos marche vers le centre-ville de Tuxtepec, protégé par ses sympathisants.
Photo: D.R. 2006 RJ Maccani
Avec m’arrivée de la Commission, les organisations responsables de la logistique et le programme d’événements ont discuté avec le Délégué Zéro une nouvelle agenda pour le voyage par l’état d’Oaxaca. Cette agenda finale est le résultat d’un compromis entre les désirs de certains groupes de coordination de l’Autre Campagne dans l’état, et les deux priorités de la Sixième Commission pour cette tournée, à savoir : 1) écouter le témoignage des adhérents à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandone ; et 2) promouvoir, à travers de rencontres publiques, la croissance de l’Autre Campagne.

Le premier événement fût une manifestation partie de la Codeci vers le Parc Juarez, dans le centre de Tuxtepec, prévue pour le lendemain de l’arrivée du Délégué Zéro. Commencée autour de 10 :30am avec une centaine de personnes, la marche a atteint plus de mille adhérents au long de son parcours quand les curieux, le syndicat de professeurs, les organisations indigènes et les partis socialiste et communiste se sont joint à leur chemin.

Avec l’arrivée du Délégué Zéro et de la Sixième Commission au Parc Juarez, les membres du Mouvement Uni du Peuple Trique, la Section 22 (importante organisation syndical des professeurs d’Oaxaca), le Front Populaire Révolutionnaire, le Front Ample de Lutte Populaire, ainsi que d’autres groupes ont profité de l’occasion de parler à la foule qui s’était formée. A juger par leurs discours, il y a une ample gamme d’opinions sur ce qui est l’Autre Campagne et sur le pourquoi de la lutte… y compris une mention à la « dictature du prolétariat », accompagné du poster de Staline amenés par le Parti Communiste du Mexique. Et des membres du Front Populaire Francisco Villa ont éventuellement accroché l’image du « oncle José » à leurs couvertures.


Réunion de l’Autre à Tuxtepec.
Photo: D.R. 2006 RJ Maccani
Pour fermer l’événement, le Délégué Zéro a parlé de l’esprit de cette nouvelle campagne : « Nous ne vous apportons pas seulement la parole zapatiste et la parole de Chiapas, mais aussi celle de Yucatan, Quintana Roo, Tabasco, Veracruz et nous apporterons votre parole à ceux qui suivent ». Plutôt que d’avoir un groupe pour dominer les autres et qui « mettra quelqu’un au pouvoir », la proposition est de créer une autre forme de faire de la politique, commençant par construire un réseau d’histoires « pour mettre un visage et un nom au mouvement national de rébellion » contre une classe et un système qui s’organise pour « couper un morceau le pays et le vendre ». Avant de quitter l’estrade, le Délégué Zéro a souligné la différence qu’implique construire un mouvement d’en bas : « Plutôt qu’aller écouter les discours des politiciens, il s’agit de commencer un mouvement où chaque personne et sa voix comptent ». Trente-quatre nouveaux adhérents à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandone de Tuxetepec, d’autres parties du Mexique et aussi quelques uns d’autres parties du monde, ont signé dans la table-ronde crée par le Réseau Zapatiste d’Oaxaca.

Dans un état comme l’Oaxaca, se joindre publiquement à l’Autre Campagne est un acte nécessaire et courageux. Après sa rencontre avec 250 adhérents, à son retour aux terrains du Codeci, le Délégué Zéro a reconnu que la répression est une préoccupation primordiale. Tant que l’état d’Oaxaca sera gouverné par un régime exceptionnellement répresseur, il est essentiel que le gouverneur comprenne que n’importe quel membre de l’Autre qui soit menacé ou attaqué sera défendu par tous : « Nous pouvons construire un réseau national de communication pour dénoncer et répondre collectivement à n’importe quelle forme de répression contre nous ». Faisant un gente envers les travailleurs des médias indépendants présents, le Délégué Zéro a encouragé le Codeci et d’autres organisations à ouvrir des espaces dans leurs maisons, sièges d’organisation et territoires, pour que les militants des médias puissent s’unir à eux pour construire ce réseau.

Avant de partir vers Juchitán vers quinze heures, le Délégué Zéro a écoute attentivement et pris des notes pendant que les adhérents à la Sixième Déclaration racontaient leurs luttes. Avant de partir, il a lié leurs histoires avec la lutte pour la terre, l’électricité et contre la violence envers les femmes, avec les histoires similaires qu’il avait entendu dans le Yucatan, Quintana Roo et ailleurs. Voilà la proposition de l’Autre Campagne, ne laisser personne seul et, à travers d’un réseau de communication un mouvement en lutte puisse se connecter avec d’autres régions qui affrontent les mêmes problèmes, et ainsi former un réseau et une campagne nationale de lutte. L’idée n’est pas quel chacun soit zapatiste, mais que chacun soit membre de l’Autre, une juxtaposition (et non une imposition) de forces de contextes très différents engagées à lutter ensemble et défendre le droit de l’autre à l’existence. Vers la fin de cette rencontre, un adhérent de la puissante Section 22 du syndicat de professeurs d’Oaxaca, a dit : « Je suis triste de dire que seuls, nous ne pourrons pas vaincre la nouvelle législation qui vient contre nous… nous avons besoin du soutien de l’Autre Campagne ».

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Leia este artigo em português
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America