<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 18, 2017 | Issue #43


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #42

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Marcos : « Nous sommes à la veille d’un grand soulèvement ou d’une guerre civile »

Calderon commencera à tomber le jour où il sera investi, avertit le chef rebelle


Par Hermann Bellinghausen
La Jornada

26 novembre 2006

Bagdad, Tamaulipas, 23 novembre. L’investiture de Felipe Calderon le 1er décembre sera « le début de la fin d’un système politique qui depuis la Révolution Mexicaine s’est enkysté et a commencé à tromper les gens, génération après génération, jusqu’à la génération actuelle et qu’elle dise : « ça suffit ! », a averti le Sous-commandant Marcos lors d’une conférence de presse. Calderon, a-t-il ajouté, va commencer à tomber dès le premier jour. »

Il a déclaré : « Nous sommes à la veille d’un grand soulèvement ou d’une guerre civile. » A la question de qui en prendra la tête, il a répondu : « Les gens, là où ils sont, dans un réseau de soutien mutuel. Si nous ne parvenons pas à ce qu’il en soit ainsi, il y aura des soulèvements spontanés, des explosions civiles partout, une guerre civile où chacun verra son propre bien-être, car il y aura déjà la possibilité de passer de l’autre côté. Il a cité le cas de Oaxaca où « il n’y ni leader ni chef ; ce sont les gens eux-mêmes qui sont organisés. Et c’est ce qu’on va voir dans tout le pays. »

Au sujet de l’étape actuelle de l’Autre Campagne, il a expliqué : « Nous les zapatistes après avoir levé le voile qui occultait la réalité des communautés indigènes du Chiapas, nous sommes sortis pour trouver la pauvreté à la campagne et à la ville, et maintenant nous la voyons aussi au bord de la mer. Il y a dans ce pays une façade montée par les partis politiques, et récemment par Vicente Fox, qui dit que tout le monde va bien. »

Dans le cas du Nord du pays, a-t-il ajouté, « c’est terrifiant » la différence entre ce qui existe et ce qu’on raconte : « que le Nord est panista (partisan du PAN), qu’ils aiment Fox, que tout le monde vit bien. Mais nous voyons bien que c’est pareil que dans les communautés indigènes plus humbles du Sud-Est. »

Il a qualifié Oaxaca d’ « indicateur » de ce qui arrive dans le pays. « On nous a dit à Nuevo Laredo que le problème du Tamaulipas était que tout le monde ici est un Ulises Ruiz : le maire, le congrès de l’état, le gouverneur. Il y a trop d’Ulises Ruiz et les gens en ont marre. S’il n’y a pas d’issue civile et pacifique, et c’est ce que nous proposons avec l’Autre Campagne, alors chacun fera comme il le pourra. »

Il continue : « Nous ne reconnaissons pas le président officiel ni le président légitime. Pour nous, ce qui vient d’en haut ne compte pas. Ce qui compte, c’est ce qui va surgir d’en bas. Quand nous aurons achevé le soulèvement, nous allons balayer toute la classe politique, y compris celle qui se fait appeler gauche parlementaire. »

Sur la violence et le pouvoir du narcotrafic, il a affirmé que ceux-ci montent « une autre façade » qui affecte surtout les états du Nord, où le principal problème est la sécurité et non pas la situation de pauvreté. Les luttes entre narcotrafiquants, ou les luttes entre narcos et politiciens sont amplifiées, car nous savons que les politiciens sont en lien avec certains cartels, et on oublie ce qui est fondamental. Par exemple, ce qui se passe à Playa Bagdad, à Nuevo Laredo ou à Reynosa, pour parler du Tamaulipas. On n’en parle aux nouvelles que quand il y a des affrontements entre des groupes criminels et ce qui se passe avec les gens qui travaillent et qui luttent est oublié. »

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America