<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands August 24, 2017 | Issue #43


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #42

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Le monde soutient l’APPO

Le peuple d’en bas


Par Gloria Munoz Ramirez
La Jornada

27 novembre 2006

Le mouvement populaire d’Oaxaca prend de l’ampleur et gagne en légitimité dans le monde de la résistance. Ce n’est pas seulement la répression qui attire l’attention des militants, des collectifs, des groupements politiques religieux, de droits de l’homme, des artistes, académiciens et gens de la culture de plus de 20 pays, mais plutôt l’expression d’une forme d’organisation autonome qui se transforme peu à peu en référence de transformation politique impulsée par le bas.

C’est un fait de répression qui a entraîné la création de l’assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO) en juin dernier, et une autre réaction sauvage des gouvernements, fédéral et de l’Etat, qui a débuté les 27 et 29 octobre et s’est soldé par de nouveaux assassinats, de nouvelles arrestations et l’occupation de la ville par la police fédérale préventive (PFP). Cela a déclenché un mouvement international de solidarité, aussi intense que celui que les zapatistes et le peuple de San Salvador Atenco avaient mobilisé, chacun avec leur propre histoire.

Jusqu’à aujourd’hui on compte, au niveau des différents réseaux internationaux de communication, plus de 160 actions de solidarité avec Oaxaca, en moins d’un mois. Sur la seule journée de mobilisation du 20 novembre, lancée par l’EZLN et réussie grâce à la légitimité qu’a gagné le mouvement, on a recensé 47 mobilisations sur 46 villes de la planète.

Les ambassades et consulats mexicains ont été la cible des protestations contre la politique de répression gouvernementale. Des marches, meetings, veillées, conférences, blocages, performance et autres activités culturelles ont également accompagné ces actions. Mais les gens ne sont pas seulement descendus dans la rue pour condamner la vague de violence institutionnelle, ils ont initié des rencontres d information et de débat en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine pour souligner qu’il est important d’accompagner un mouvement autonome qui affronte tout les jours le pouvoir, avec une certaine pratique à savoir que la force et le moteur principal c’est le peuple lui-même.

Des collectifs de solidarité internationale avec Oaxaca sont en train de se monter, et des assemblées de soutien, c’est à dire qu’on est en train de passer de la mobilisation à la construction d’un réseau organisé qui accompagne le mouvement politiquement. Et justement, dans ce processus le débat et les questions sur la constitution et la stratégie de l’APPO surgissent, car il est politiquement correct de manifester contre l’impunité et l’oppression, dans n’importe quel lieu du monde, mais s’engager dans une nouvelle expérience politique c’est une autre démarche.

Par exemple, à Salamanque, Espagne, à l’heure où commence à être débattu le caractère politique de l’APPO, s’est constituée l’assemblée de solidarité avec Oaxaca, pour la convocation de « toute personne, peuple, collectif ou mouvement qui luttent avec les peuples d’Oaxaca ». Sans prétendre délégitimer un mouvement qui s’ouvre une voie dans les rues, les barricades et les assemblées, au beau milieu de la répression quotidienne, il est clair que l’échange d’idées est nécessaire. Evidemment, le chemin difficile commence à peine, mais les fondations sont profondes et véritables.

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Leia este artigo em português
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America