<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands August 21, 2017 | Issue #43


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #42

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Oaxaca : dernières nouvelles

Le gouvernement lance une nouvelle agression contre le mouvement de l’Assemblée Populaire


Par Nancy Davies
Commentaires depuis Oaxaca

27 novembre 2006

Lundi 27 novembre, la Radio « Citoyenne » (Radio Ciudadana), opérant vraisemblablement sans licence pour le PRI en soutien au gouverneur Ulises Ruiz, a appelé les partisans du PRI à envahir et à brûler les bureaux d’EDUCA, une des organisations non-gouvernementales signataires qui se sont ralliées à l’Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca (APPO). L’appel à détruire les bureaux a aussi dénoncé nommément son directeur actuel, Marcos Leyva, en tant que membre de l’APPO. EDUCA est accusée par Radio Citoyenne de fabriquer des cocktails Molotov et d’autres dispositifs explosifs et illégaux. EDUCA est une organisation civile basée à Oaxaca et qui travaille avec plusieurs communautés locales de trois régions de l’état : la Vallée Centrale, la Sierra du Sud et la Côte Pacifique. Elle tente de promouvoir le développement local et de renforcer les initiatives des organisations locales des communautés oaxaqueniennes, tout en éduquant les gens sur leurs droits civils et légaux.

Radio Ciudadana est la même station qui, le 25 novembre a appelé les gens à jeter de l’acide ou de l’eau bouillante sur les manifestants de l’APPO.

Ce matin encore, on rapporte que la Police Fédérale Préventive (PFP) a détenu 150 personnes qui ont été expédiées hors de l’état de Oaxaca, dans le Nayarit. Selon El Universal du 27 novembre, 107 hommes et 34 femmes – 141 personnes arrêtées pour « actes de violence » le week end dernier à Oaxaca – ont été transportées à la prison fédérale de San Jose del Rincon dans le Nayarit.

Ils ont été déplacés à la demande du Secrétaire de la Protection Publique du Oaxaca qui a argué que les prisonniers avaient un profil très dangereux. Ils ont d’abord été emprisonnés à Miahuatlan et à Tlacolula dans le Oaxaca.

Les prisonniers délocalisés se sont fait prendre les 24 et 25 novembre, conformément aux mandats d’arrêt délivrés pour acte de vandalisme, incendie de plusieurs biens immobiliers (des bureaux) et mise à sac d’établissements commerciaux du centre-ville. Aucun de ces chefs d’accusation n’a encore été vérifié contre les détenus qui sont supposés être des partisans de l’APPO.

Le SSP (Secrétariat de la Sécurité Publique) a déclaré que le Secrétaire de la Protection Publique du Oaxaca avait sollicité leur assistance pour transférer les prisonniers au niveau fédéral (et hors de l’état) à cause de la « nature dangereuse des prisonniers » étant donné qu’il n’existe pas, à l’intérieur de l’état, de structures suffisamment sécurisées pour les garder. (« considérant que les détenus sont classés hautement dangereux et dû au fait que l’état ne possède pas d installations pénitentiaires réunissant les conditions de sécurité suffisantes pour les détenir. »)

Le transfert des détenus s’est effectué en deux temps : 58 personnes la première fois et 83 personnes la seconde.

Dans la ville de Oaxaca, les endroits habituellement touristiques et dédiés à la relaxation comme le parc Lleno, le zocalo du centre-ville, la Promenade des Touristes (andador turistica), l’esplanade Santo Domingo, la place Carmen Alto et la place de la Danza sont tous occupés par des agents de la PFP en tenue de combat. Si un touriste traversait accidentellement Oaxaca, il verrait, à mon avis, un spectacle bien laid. Passant devant l’église Santo Domingo, un chef-d’œuvre de la richesse coloniale passée, j’ai rencontré une commerçante que je connaissais. Bien que cela n’ait peut-être rien à voir avec la situation, elle avait l’air maigre et âgé. Elle m’a dit : « Je n’ai absolument rien vendu – absolutamente nada ! » Il n’y a aucune activité commerciale dans le centre-ville. Son magasin est situé rue Cinco de Mayo. Elle disait que tout ce que peut un citoyen, c’est endurer, impuissant à arrêter le gouvernement.

De plus, les appels à la violence et au crime s’étendent à des quartiers qui ne sont pas considérés comme des foyers de rébellion ou même d’activisme politique. Le Welte Institute for Oaxaca Studies, une structure de recherche plus que calme, situé dans un quartier coquet, a reçu des emails anonymes, les menaçant si le Welte n’acceptait pas de rencontrer dans ses bureaux un certain groupe pour discuter de l’actuel mouvement social. Le Bureau du Welte a cédé à la menace et a oublié des réunions ayant pour but de discuter du mouvement de l’APPO.

Quoique des gens non-identifiés comme professeurs ou partisans de l’APPO puissent toujours circuler librement, il n’y a plus d’espace pour circuler. Tous les sacs doivent être inspectés dans les endroits que l’APPO pourrait essayer de réoccuper physiquement. La ville est très calme.

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America