<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 21, 2017 | Issue #46


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #45

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Privatiser la misère : déporter et emprisonner les migrants pour le profit

L’agenda secret de la campagne sur la frontière : des agents de sécurité et des prisons pour l’industrie « dollars à migrants »


Par Brenda Norrell
The Censored Blog

28 aoüt 2007

Sasabe, Arizona. Une autre industrie a été privatisée par l’administration Bush aux États-Unis. Cette fois, il s’agit du transport des migrants en vue de leur déportation. La Wackenhut Corporation, dont les bus attendent le long de la frontière d’être remplis de migrants à déporter, est une filiale du groupe de sécurité danois G4S (Group 4/Securicor). Des habitants de la région frontalière s’inquiètent qu’une compagnie étrangère, et non une compagnie états-unienne, s’occupe de la sécurité et de l’expulsion des migrants. Beaucoup sont préoccupés par le fait qu’une entreprise gagne de l’argent grâce aux expulsions. Wackenhut/G4S a été chargé de ces fonctions par la police des frontières états-unienne.

Le directeur exécutif du groupe de surveillance Private Corrections Institute, Ken Lopczynski, a écrit au Censored Blog (« blog censuré ») à propos des propriétaires de Wackenhut :

« Super article sur les Minutemen et l’immigration, mais Wackenhut n’est pas connecté au groupe GEO. Group 4 a acheté la Wackenhut Corporation il y a déjà plusieurs années et a vendu la section “correctionnelle” à George Zoley et à ses amis. Une partie de l’accord était qu’ils ne puissent plus utiliser le nom Wackenhut, qui est actuellement une filiale de Group 4/Securicor. J’espère que ceci vous aidera et gardez-les à l’œil. »

Emprisonner les migrants pour le profit

George Zoley est P-DG du groupe GEO, qui dirige des prisons privatisées à travers le pays, y compris la célèbre prison de Florence en Arizona.

La construction des prisons pour migrants a profité au groupe GEO. Pour la seule année 2007, il a obtenu les contrats pour la prison d’Eagle Pass, au Texas, pour un centre de rétention des migrants à Jena, en Louisiane, et pour un centre de détention au service des US marshals à Laredo, au Texas. Dès que le centre de rétention aura atteint une capacité maximale de 1 160 prisonniers en 2008, GEO espère 23,5 millions de dollars de revenu annuel.

GEO, dont le principal actionnaire est Zoley, a donné 100 000 dollars à la campagne pour la réélection de Bush en 2004.

Le Texas possède les plus célèbres des prisons pour migrants

Le groupe GEO, dont le siège se trouve à Boca Raton, en Floride, a reçu un contrat de dix ans en janvier pour la détention de 2 407 « criminels étrangers » au centre de détention de Reeves County, au Texas. GEO a obtenu le contrat du comté avec le Bureau fédéral des prisons. GEO a déclaré que l’établissement de Reeves County, dont le siège est à Pecos, est sans doute la plus grande prison privée du monde.

À Taylor, au Texas, près d’Austin, une autre compagnie à la recherche du profit, Corrections Corporation of America, emprisonne des migrants et des réfugiés enfants au Centre T. Don Hutto. Récemment, un garde de la prison a trouvé des asticots dans la nourriture. Le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits humains des migrants, Jorge Bustamante, s’est vu refuser une demande de visiter Hutto en mai 2007.

Halliburton et les prisons pour migrants

Kellogg Brown and Root (KBR), filiale d’Halliburton, a reçu un contrat de 385 millions de dollars pour construire des centres de détention pour migrants « dans l’éventualité d’un afflux d’immigrants ». Après avoir obtenu le contrat par Homeland Security en janvier 2006, Halliburton s’est séparé de KBR. Puis, Halliburton a déménagé son siège à Dubai, aux Émirats arabes unis en 2007.

Détenir et transporter les migrants pour le profit

Entre-temps, la compagnie danoise G4S/Wackenhut décrit son contrat avec la police des frontières. Le 30 août 2006, cette dernière a signé un accord d’un an avec la Wackenhut, avec quatre « périodes de performance » d’un an, pour fournir un service de « gardes et transports » aux douanes et à l’agence de protection des frontières états-uniennes. Wackenhut a dit que le champ délimité par le contrat couvrait tout le sud-ouest de la frontière États Unis/Mexique, c’est-à-dire le Texas, le Nouveau-Mexique, l’Arizona et la Californie. « La valeur est d’approximativement de 50 millions de dollars par an, et d’une valeur totale de 250 millions de dollars après la période des cinq ans, a déclaré Wackenhut. Le service de transport va d’abord comprendre plus de cent bus motorisés sécurisés, incluant des systèmes de confinement, une surveillance vidéo digitale à bord, un GPS et plus de 270 agents armés de la division de protection des douanes de Wackenhut. » Avec un projet de bureau à Tucson, Wackenhut a déclaré qu’il y aurait trois centres de plus en soutien aux opérations de la région frontalière du Sud-Ouest.

Lors de récentes manifestations de lutte de travailleurs à Los Angeles, le Los Angeles Times a rapporté que « Wackenhut est une filiale de l’entrepreneur de sécurité G4S, qui est sous le feu des défenseurs des droits humains et des syndicats à cause de pratiques racistes avérées envers des employés noirs en Afrique du Sud, au Malawi et au Mozambique ». Wackenhut emprisonne également des aborigènes australiens et des réfugiés en Australie. La compagnie Wackenhut fournit des services de conseil sur la sécurité nucléaire et sur l’énergie, selon son site web.

Un contrat de sécurité controversé pour l’entreprise danoise Wackenhut

Après avoir remporté le contrat de la déportation des migrants auprès de la police des frontières, G4S/Wackenhut a annoncé le 14 mai 2007 un autre contrat de sécurité controversé concernant le complexe d’armement nucléaire Y-12.

Wackenhut, depuis son bureau de Palm Beach Gardens, en Floride, a annoncé que le département états-unien de l’Énergie et l’Administration nationale de sécurité nucléaire avaient sélectionné Wackenhut pour les contrats des services de protection du complexe Oak Ridge. Ces contrats fournissent des services de sécurité pour les 33 725 acres [16 648 hectares] de la réserve d’Oak Ridge qui comprend le laboratoire national d’Oak Ridge, le parc technologique de l’est du Tennessee, le bâtiment du bureau fédéral et le complexe national d’armement nucléaire Y-12, a déclaré la compagnie.

En août, des militants pacifistes ont été arrêtés sur le site d’énergie atomique Y-12, un lieu de haute sécurité avec une longue histoire du secret, à Oak Ridge, Tennessee : knoxnews.com

Contexte : “CorpWatch: Wackenhut’s Free Market in Human Misery” (1999)

Pour plus d’information sur ces thèmes, lisez les articles de Brenda Norrell ci-dessous :

Life and Death on the Border, no Significanat Impact” – U.S. has no comment period for Sasabe border fence from public, including environmental groups or Tohono O’odham Nation, work begins today
Bush’s House of Snakes Indians, Border Biometrics and Migrating Corporations

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español
Legga questo articolo in italiano

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America