<i>"The Name of Our Country is América" - Simon Bolivar</i> The Narco News Bulletin<br><small>Reporting on the War on Drugs and Democracy from Latin America
 English | Español | Português | Italiano | Français | Deutsch | Nederlands November 22, 2017 | Issue #62


Making Cable News
Obsolete Since 2010


Set Color: blackwhiteabout colors

Print This Page
Commenti

Search

Narco News Issue #61

Narco News is supported by The Fund for Authentic Journalism


Follow Narco_News on Twitter

Sign up for free email alerts list: English

Lista de alertas gratis:
Español


Contact:

Publisher:
Al Giordano


Opening Statement, April 18, 2000
¡Bienvenidos en Español!
Bem Vindos em Português!

Editorial Policy and Disclosures

Narco News is supported by:
The Fund for Authentic Journalism

Site Design: Dan Feder

All contents, unless otherwise noted, © 2000-2011 Al Giordano

The trademarks "Narco News," "The Narco News Bulletin," "School of Authentic Journalism," "Narco News TV" and NNTV © 2000-2011 Al Giordano

XML RSS 1.0

Premier jour de liberté des prisonniers politiques de l’OCEZ après quasi deux mois de détention : essai avec photos et vidéos

« Les prisonniers politiques ont tenu une conférence de presse puis ont rejoins leurs compañeros au sit-in de protestation »


Par Luis Abarca (photos et vidéos) et Kristin Bricker (texte)
Spécial pour Narco News Bulletin

25 novembre 2009

Le gouvernement du Chiapas a arrêté Jose Manuel « Don Chema » Hernandez Martinez le 30 septembre 2009 pour le transférer ensuite à la prison de sécurité maximum de Nayarit.

Le 24 octobre, le gouvernement de l’Etat a arrêté Rocelio de la Cruz Gonzales et Jose Manuel de la Torre Hernandez et les aurait torturés.

Les trois hommes sont les porte-parole de l’organisation paysanne Emiliano Zapata-Région Carranza (OCEZ).

Le 24 novembre, les trois hommes ont enfin obtenu leur mise en liberté après ces arrestations controversées. Ils ont fêté leur liberté » comme l’aurait fait n’importe quel leader d’une communauté : en retournant au travail. Les prisonniers politiques ont tenu une conférence de presse pour rejoindre ensuite leur compañeros à un sit-in de protestation.

Les trois hommes sont actuellement libérés sous caution, laquelle a été payée par le gouvernement de l’Etat du Chiapas.


Don Chema parle aux journalistes à San Cristobal de las Casas juste après sa libération.

Dans la vidéo suivante, Don Chema raconte aux journalistes qu’il a été libéré grâce à la pression politique exercée par plusieurs organisations qui se sont réunies pour demander sa libération. Il explique que le gouvernement a retiré l’accusation « d’association criminelle » (délit non susceptible de libération sous caution), permettant sa libération moyennant caution. Le gouvernement de l’Etat a payé la caution, dit-il, mais il n’en connaît pas le montant. A un moment donné, un journaliste lui demande si les représentants du Parti de la révolution démocratique (PRD, parti qui contrôle Chiapas) l’ont informé que c’était à cause des efforts du PRD qu’il avait été libéré. Don Chema répond que c’est la pression politique du mouvement qui l’a libéré. Il dit que son engagement dans la lutte continue.






Jose Manuel de la Torre Hernandez parle aux journalistes après sa libération.


Rocello de la Cruz Gonzalez après sa libération de la prison du Chiapas.


Les trois prisonniers politiques assistent au meeting et à la célébration de leur libération sur la place centrale de San Cristobal de las Casas, face à la Cathédrale.

Les trois prisonniers politiques rejoignent leur compañeros devant les bureaux du Programme des Nations Unis pour le développement à San Cristobal de las Casas. L’OCEZ a occupé les bureaux de l’ONU le 30 octobre en y dépêchant des personnes pour demander la liberté » des prisonniers politiques, l’annulation des onze mandats d’arrêts à l’encontre de leurs adhérents et la cessation de l’occupation militaire et policière de leur communauté. Les mandats d’arrêt demeurent, les prisonniers politiques doivent toujours se défendre contre deux actes d’accusation mineure et la police occupe toujours leur communauté. Par conséquent les prisonniers politiques ont rejoint le sit-in de protestation devant les bureaux de l’ONU. La vidéo suivante montre les prisonniers politiques au sit-in de protestation devant les bureaux de l’ONU :






Trad. madelon

Share |

Cliquez ici pour plus de l'Autre Journalisme avec l’Autre Campagne

Read this article in English
Lea Ud. el Artículo en Español

Discussion of this article from The Narcosphere


Enter the NarcoSphere for comments on this article

For more Narco News, click here.

The Narco News Bulletin: Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America