The Narco News Bulletin

October 24, 2014 | Issue #41  
 narconews.com - Reporting on the Drug War and Democracy from Latin America
  

Lettre du Delegue Zero aux adherents de la Sexta et à L'Autre Campagne

Réflexions sur la Proposition du Plan d'Action de la Commission Sexta de l'EZLN présentée le 29 mai

Par Le Sous Commandant Insurgé Marcos
La Otra Mexique

13 juin 2006
This report appears on the internet at http://www.narconews.com/Issue41/article1859.html

30 mai 2006
Compañeras et Compañeros :

Comme vous le savez peut être déjà, nous avons présenté dans l'assemblée du 29 mai une proposition de plan d'action. En raison du temps et qu'il fallait que nos camarades des autres états s'en aillent, nous nous y sommes expliqués brièvement. Aussi nous pensons qu'il convient d'expliquer un peu plus en détails cette proposition et nous vous envoyons donc ces « réflexions ». D'accord.

  1. Nous, en tant que Commission Sexta du EZLN, considérons que les mobilisations du 19 mai (décentralisées) et la marche du 28 mai (concentration) démontrent que L'Autre Campagne s'est convertie d'une simple proposition à laquelle on pouvait adhérer, en une organisation nationale dotée de sa propre identité.
  2. En particulier les mobilisations du 19 mai (et toutes celles qui eurent lieu dans tout le pays durant le mois de mai) démontrent que l'Autre Campagne ne dépend ni de la Commission Sexta du EZLN, ni du Sous Commandant Insurgé Marcos. Ceux qui assistèrent à l'Assemblée Nationale des Adhérents du 29 mai (Pour ceux qui n'étaient pas présents - la majorité des adhérents - et qui ont accès aux médias alternatifs, nous recommandons les pages web de, par exemple, Radio Pacheco, Radio Sabotaje, Ke Huelga, Narco News, Indymedia, entre autres où vous avez sûrement les enregistrements des interventions des délégués des états ) ont pu se rendre compte de l'importance des activités réalisées dans des états où la Commission Sexta n'était pas encore passée (tout le nord du pays). De même ils pourront remarquer qu'il y eut de nombreuses actions qui démontrèrent un esprit inventif et créatif. Cela confirme donc de ce que nous signalions quand nous avons décidé que la Commission Sexta (et non l'Autre Campagne dans son ensemble) resterait sur place pour peser sur la libération des prisonniers. Avec ou sans la Commission Sexta, l'Autre Campagne continue. On peut élucubrer tout ce qu'on veut sur le protagonisme du Sous Commandant, caudillisme, messianisme ou autres « ismes », mais la réalité c'est que sans lui et sans le EZLN les mobilisations se sont réalisées, avec succès, dans tout le territoire national.
  3. Avec tout contre nous (campagne de désinformation des médias, organisation naissante ou nulle, opinion publique adverse... entre autres) les membres de «la Otra» des différents états de la République Mexicaine et de « la Otra » de la l'Autre Côté, organisés à leur façon et à leur rythme, on monté en à peine une semaine une mobilisation nationale avec un objectif commun : la libération des prisonniers de Atenco. La seule chose qu'ils avaient en leur faveur, c'était la conviction d'une cause juste et la certitude de se savoir partie d'un mouvement national anticapitaliste et de gauche. Sur le plan local, sous région, région et état, les adhérents se sont organisés pour accomplir le devoir élémentaire que nous avons comme compañeros: nous soutenir mutuellement.
  4. La marche du 28 mai dans la ville de Mexico fut une concentration NATIONALE et fondamentale, de « la Otra ». La majorité des participants étaient et sont des membres de « la Otra » qui marchèrent avec une seule conviction et sous une seule bannière. Sans convoyages, sans soutiens extérieurs apportés à « la Otra », à contre courrant de la désinformation, avec leur propres moyens, les délégations des adhérents des 32 entités du pays confluèrent en un même endroit, à une même heure et avec une seule consigne : la liberté de nos compañeros détenus.
  5. Tout cela indique (pour les zapatistes) que «la Otra» est passé, dans les faits, à l'étape de l'organisation. Bien qu'il reste à régler des problèmes importants quant à la définition de son profil, «la Otra» répond déjà comme une organisation nationale (dans les 32 états), avec une éthique (celle de ne pas abandonner les détenus à leur sort), avec une moral élevée (surmonter la terreur qu'a prétendu implanter l'action gouvernementale à Atenco) et avec une capacité de mobilisation autonome et indépendante (manifestations décentralisées et concentrées). Nous pensons qu'il faut poursuivre la discussion des 6 points et, en même temps, avancer dans l'organisation de nos activités (comme l'ont démontré nos compañeros dans tout le pays).
  6. La réponse agressive de la classe politique dans son ensemble et l'énorme pouvoir de l'argent à l'encontre de « la Otra » confirme que nous allons dans le droit chemin. Là-haut ils nous voient comme ennemi, ce qui veut dire que nos caractéristiques fondamentales sont clairement définies : anticapitaliste, d'en bas et de gauche et non électoral.
  7. En tant que Commission Sexta du EZLN, nous pensions que cela mettrait un certain temps à arriver. L'action répressive du gouvernement contre «la Otra» à Atenco nous a obligés à choisir entre deux options : soit nous replier, soit répondre d'une manière organisée. «La Otra» a choisi la manière organisée et cela nous a donné un profil qui autrement nous aurait pris plus de temps. Nous ne disons pas si c'est pour le mieux ou pour le pire, nous signalons seulement qu'il en fut ainsi. Sans leaders ni caudillos, «la Otra» a répondu d'une seule voix dans tout le territoire.
  8. En tant que commission Sexta du EZLN nous saluons tous les membres de «la Otra» au Mexique et de la l'Autre Côté et sachez que nous nous sentons honorés et fiers d'être vos compañeros.
  9. En tant que commission Sexta du EZLN, nous nous apercevons que l'appui international dans la lutte pour la liberté et la justice pour les détenus de Atenco est très important. D'après ce que nous rapportent nos compañeros de la Commission Intergalactique, il s'est réalisé au moins 124 actions dans 52 villes de 24 pays du monde. Le seul jour du 28 mai, il y eut des manifestations dans des villes telles que Rome, Berlin, Toronto, Vancouver, La Havane, Buenos Aires, Mar de Plata, San Francisco et dans d'autres endroits qu'ils nous communiqueront plus tard. En tant que Commission Sexta du EZLN nous saluons les actions de solidarité que réalisent dans le monde entier des hommes, des femmes, des enfants et des personnes âgées d'autres cultures, couleurs, langues et coutumes et nous invitons à l'ensemble de «la Otra» à s'informer de ces actions dans la section Zesta International de notre page web.

Sur la base de cette évaluation, nous proposons à l'ensemble de «la Otra» du Mexique et à «la Otra» de l'Autre côté le plan d'actions suivant :

  1. Maintenir l'objectif de la liberté des détenus et commencer à avancer dans l'organisation et la construction de «la Otra» au niveau local, sous-région, région, état, secteur et zone ; et de la sorte avancer dans la construction d'une « Autre Alternative » pour l'organisation des gens d'en bas et de gauche.
  2. Approfondir le front culturel, artistique et de communication dans la lutte pour les détenus.
  3. Créer une Commission de Réseau National, provisoire, dotée d'une seule mission définie et délimitée. Une ou deux personnes de chaque unité d'organisation de travail de «la Otra» (par exemple les sous-régions qui s'organisèrent pour la visite de la Commission Sexta) pour faire une proposition de « ZONIFICATION » et les secteurs de même suivant leur propre logique et dynamique.

    Nous entendons par « unité d'organisation de travail », celles qui se formèrent dans les faits, par exemple, lors de la visite de la Commission Sexta ou pour les actions du 19 mai ou pour assister à la marche ; c'est-à-dire cette instance où confluent organisations, groupes, collectifs et individus pour s'accorder dans le but de réaliser une action organisée. Nous nous référons aux coordinations, aux commissions par localité, sous-région, état ou secteur. Ce que nous proposons c'est que dans chaque état, région, sous région, localité, soit débattu avec quelle partie de «la Otra» on décide de rester en communication directe avec coordination et actions de soutien mutuel.

    Par exemple, les « Otras » du Quintana Roo, du Yucatan et du Campeche pourraient communiquer et se coordonner comme Zone Péninsulaire en raison de la similarité de leurs problèmes. Autres exemples : en ce qui concerne « la Otra de Morelos », est-ce qu'ils doivent se coordonner avec les états du Sud, avec ceux de l'Est ou ceux du Centre ? en ce qui touche la sous-région Huasteca Potosina, doit-elle se coordonner avec l'état de SLP (Saint Luis Potosi) ou avec les « Autres » Huastecas ? Quant aux huichols, doivent-ils se coordonner avec « La Otra » de Jalisco ou « la Otra » de Durango ou la « Otra » de Nayarit ou bien se rassembler quand ils jugent bon pour s'entraider et aider les « Otras » des états où se trouve leur territoire ? Nous avons déjà vu au cours de la tournée, par exemple, que dans une partie du Veracruz ils avaient trouvé préférable de se coordonner avec une région du Hidalgo plutôt qu'avec « la Otra » du Veracruz. Enfin ce que nous voulons dire c'est que « la Otra » n'a pas à s'assujettir aux limites géographiques imposées d'en haut mais au contraire elle doit suivre sa propre orientation historique et s'organiser en conséquence.

    Ce que nous proposons c'est que chaque « unité d'organisation de travail de la Otra » discute pour proposer avec qui elle juge bon de créer une zone de savoir, de partage, de coordination et d'entente. Si c'est d'accord, chacun analyse, discute et décide où ce serait mieux, puis envoie un ou deux délégués pour se joindre aux autres délégués de « la Otra », au sein de la dénommée « Commission Provisoire de Réseau National ».

    La Commission Provisoire de Réseau National ferait une proposition nationale de « zonification » d'après les propositions de chaque groupe. C'est-à-dire que tous les délégués se rassembleraient pour proposer une nouvelle carte de « la Otra », puis on l'enverrait à tous pour voir ce qu'ils en pensent. Après la Commission de Réseau National disparaîtra comme le veut son nom de « provisoire ». De cette manière, en résumé, se ferait « L'Autre Géographie », celle d'en bas et de gauche.
  4. Réaffirmer le caractère anticapitaliste et de gauche de la « Otra ». La liberté des détenus est aujourd'hui la bannière principale de la Otra, mais « la Otra » n'est pas un comité de solidarité de prisonniers politiques, c'est un mouvement national contre le système qui nous dépouille, nous exploite, nous méprise et nous réprime.
  5. Faire irruption dans le calendrier d'en haut par une organisation et une mobilisation civile et pacifique. Si aujourd'hui ceux d'en haut prétendent faire comme si de rien n'était et faire la « fête » sans libérer nos compañeros, alors nous devons nous introduire dans leur calendrier et y placer notre exigence de liberté.
  6. Avancer dans une définition qui s'oppose au processus électoral : l'alternative n'est pas de voter pour l'un ou l'autre ou ne pas voter ; l'alternative c'est de s'organiser ou pas, d'en bas et de gauche. C'est-à-dire que nous ne nous situons pas dans la logique électorale, mais dans celle de la construction d'un mouvement qui s'oppose réellement au système capitaliste.

Par conséquent on propose :

On propose le 2 juillet 2006, jour des élections fédérales, ainsi nous représenterons une Autre Alternative d'organisation et de lutte pour notre peuple qui sera de nouveau jeté de côté à partir du 3 juillet.

Pour toutes les autres activités qui sont déjà programmées, il n'y a pas de changement de date ni d'organisation et d'autres activités peuvent s'ajouter à ce calendrier.

C'est tout, compañeros. Nous vous embrassons chaleureusement.

De la Commission Sexta du EZLN
Sous Commandant Insurgé Marcos
Mexico, 30 mai 2006

Traduction française : Claudine Madelon



For more Narco News, click here